Ferme pédagogique des animaux et de la nature à Opfingen

« Si la fleur est pliée, le papillon trop gros a été ! » – „Hat die Blume einen Knick, war der Schmetterling zu dick!“

La biodiversité à la ferme, ça vous parle ? Si on parle des fermes usines, ce n’est bien sûr pas le cas, dans les petites fermes biologiques déjà plutôt, mais de la ferme pédagogique visitée à Opfingen, là, aucun autre mot ne convient mieux pour en parler ! Ou peut-être faudrait-il y ajouter un adjectif, du genre : biodiversité militante. Là, ça sonne bien !

Parce qu’en effet, la biodiversité en général, je connais. Mais ce pour quoi la maîtresse des lieux se bat au quotidien, c’est bien plus ! Katharina a créé un univers dans lequel les anciennes races fermières en voie de disparition tiennent une place de choix, sont élevées, chouchoutées, présentées, défendues… et sauvées ! Notre séjour d’une semaine en wwoofing chez elle nous a fait découvrir un pan de la biodiversité dont nous n’avions que peu idée.

Depuis des décennies, les fermes usines ont trié les races pour choisir les plus « performantes ». Mais en fait, la performance de ces fermes, ça tout le monde le sait bien, correspond étroitement à leur chiffre d’affaire. D’où les œufs de poules en batterie et les poulets à viande arrivés à la taille souhaitée avant même d’être à maturité et qui ne voient pour les unes comme pour les autres jamais un brin d’herbe ni le soleil – pour ne parler que du sort fait à ces volailles mais réservé à bien d’autres animaux encore. Les espèces d’usine ont été coupées et recoupées pour devenir poules à ponte record mais bonne à rien d’autre et peu de temps seulement, d’où un passage à l’abattoir particulièrement précoce ou poulet à viande à la croissance hyper rapide mais dont la saveur et la consistance laissent sceptiques quiconque a déjà goûté à un vrai poulet de ferme. Et il y a vraiment de quoi vomir en considérant les méthodes d’élevage qui sont depuis quelques temps connues de tous. Or, avant, les fermiers choisissaient la plupart du temps les races de leurs bêtes pour la multiplicité des usages qu’ils allaient en faire : des poules, oies et canes pondeuses ET à viande ; des moutons à laine ET à viande etc.

Alors face à cela, deux solutions : devenir végan ou revenir à un élevage réfléchit, respectueux et utile. Jusque-là, nous étions plutôt bien dans la famille puisque la seule viande que nous mangeons encore vient de lieux bien définis où nous connaissons les (bonnes) conditions d’élevage. La ferme que nous avons visitée a opté pour la deuxième solution également. Les animaux que l’on y trouve ont au minimun une double utilité et ont été choisis surtout pour leur caractère local, ancien et en voie de disparition. Ainsi, Katharina élève depuis une dizaine d’années des poules de la race Sundheimer, originaires du Bade et qui étaient alors à deux doigts de disparaître. Aujourd’hui, elles restent en observation mais ne sont plus catégorisées comme en danger immédiat. Et ce en grande partie grâce au travail effectuée par ce petit bout de femme passionnée qui, aujourd’hui, réussit à obtenir jusqu’à 400 poussins par an dans son élevage, soutenue par d’autres fermiers du coin. Ces poules ont une chair excellente, sont de bonnes pondeuses et sont en plus particulièrement dociles, ce qui fait d’elles une race idéale pour faire de la pédagogie et laisser les visiteurs les toucher, caresser pendant qu’ils écoutent le discours engagé qui leur est livré pour le boycotte des produits des fermes usines.

Pour les chevaux de cette ferme pédagogique, même combat. Katharina possède deux races de petits chevaux plutôt rares considérées comme des races mères (dont descendent de nombreuses races actuelles, dont les chevaux arabes) : les chevaux caspiens, sauvés de la disparition par une Anglaise dans les années 80 après avoir été déclarés disparus et les miniatures américains.

Côté jardin, il en va de même ! Katharina se procure des graines bio, locales et récupère si possible chaque année les graines de son propre jardin pour la reproduction de l’année suivante. Sans parler de sa connaissance plutôt pointue des plantes et herbes sauvages souvent appelées « mauvaises herbes » par la majorité des gens et combattues à tort dans les jardins. Nous avons pris plaisir à échanger nos connaissances, les avons cueillies et cuisinées.

Et si vous vous demandez encore pourquoi défendre à tout prix les races anciennes et locales, voici les meilleures raisons :
– Participer à la préservation du patrimoine génétique et des espèces, de la biodiversité qui a été rudement mise à mal par les choix de production de masse (tant en élevage qu’au jardin)
– Avoir des espèces adaptées au milieu (météo, nourriture, prédateurs, maladie…)
– Souvent des races animales ayant au moins 2, voire 3 utilisations.

Et pour faire le choix de votre prochaine race de poule, voici un lien précieux pour la France https://www.poules-racesdefrance.fr/les-races/ et son pendant allemand : http://www.g-e-h.de/index.php/die-geh1/rote-liste2

Étape 25 — Etappe 25

Rielasingen-Woblingen — Tengen: 20.5km
… avec un gros dénivelé où nous avons dû pousser les vélos tellement c’était dur … pour entendre en arrivant que finalement, en passant par une autre route ça l’aurait été beaucoup moins. Mais au moins, nous avions la vue sur les Alpes enneigées. Arrivée à la Mittlere Mühle Tengen, une communauté datant de 2016, avec six foyers où les enfants ont été pris en charge immédiatement par les enfants d’ici ; très chouette.
… mit einer riesigen Steigung, an der wir die Fahrräder schieben mussten, da es einfach sauschwer war … die wir aber wohl problemlos hätten umfahren können. Aber dafür hatten wir Blick auf die verschneiten Alpen. Ankunft an der Mittleren Mühle Tengen, eine Gemeinschaft, die seit 2016 hier in Tengen mit sechs Parteien besteht und wo sich unsere Kinder sofort zu den hiesigen Kindern gesellt haben; sehr schön.

Étape 24 — Etappe 24

Konstanz Rielasingen-Worblingen: 32.3 km, 50 ressentis (au moins) à cause du vent de biais et de face jusqu’à 70 km/h // (mind.) 50 gefühlt wegen des Quer- und Gegenwindes bis zu 70 km/h.

Départ de Constance, une ville incroyablement cycliste: super infrastructures pour de nombreux usagers, dont des ‘rues cyclistes’ sur lesquelles les voitures sont tolérées ! 😉 Mais aussi location de cargobikes en plus des locations de vélos classiques.
Abfahrt in Konstanz, eine unglaubliche Fahrradstadt mit einer super Infrastruktur, die auf viele Nutzer vorbereitet ist, darunter Fahrradstraßen, auf denen Kraftfahrzeuge toleriert sind. 😉 Aber auch Mietstationen für Lastenräder sowie klassische Fahrräder.

Pour la suite, des champs avec des fleurs sauvages d’une variété rarement atteinte aujourd’hui et la météo qui se joue de nous : vaut-il mieux le vent ou la pluie ? Nous sommes passés à peu près entre les gouttes aujourd’hui mais le vent… Les cuisses le sentent encore ce soir ! D’autres se sont bien éclatés à Allensbach, les chanceux !
Anschließend wilde Felder mit Blumen und einer selten gesehenen Vielfalt. Das Wetter spielt mit uns: Wind oder Regen? Wir sind nur oberflächlich nass geworden, aber der Wind … Das Ausmaß seiner Kraft spüren die Beine auch noch heute Abend. Andere allerdings haben viel Spaß mit ihm in Allensbach gehabt, diese Glückspilze!

Goûter à Radolfzell, bien mignon avec ses petites rues et sa cathédrale (encore une !) !
Kurze Zwischenpause in Radolfzell, eine schnuckelige Stadt mit kleinen Straßen und seinem Münster (ein weiteres …).

Une dernière surprise pour la fin…
Eine letzte Überraschung zum Ende …

Île de Mainau — Insel Mainau

14km

Une journée très mouillée mais malgré tout magnifique! // Einsehr nasser Tag aber trotzdem wunderschön!

Un parc magnifique et une chasse aux trésor pour les enfants // Un wunderschöner Park und eine tolle Schatzsuche für die Kinder

Le parc de jeu et d’aventure pour les sens. // Der Spiel- und Sinneserlebnispark.

Sans oublier la merveilleuse serre aux papillons! L’occasion de se réchauffer, de jouer à cache-cache avec les chenilles et chrysalides et d’admirer les papillons, de près et de loin. Eh, les MagnyÉth’, des chenilles, des chrysalides et des papillons, ça vous parle!? // Und nicht zu vergessen das wunderschöne Schmetterlingshaus! Zeit, sich aufzuwärmen, mit Raupen und Schmetterlingspuppen verstecken zu spielen und Schmetterlinge von nah und fern zu bewundern.

Seul l’appareil photo a eu du mal à se « réchauffer ». Il a fallu 30 bonnes minutes pour ne plus avoir de buée sur l’objectif! // Nur der Fotoapparat hatte Schwierigkeiten, sich aufzuwärmen. 30 Minuten lang war er voller Dampf!

Réponses aux questions posées — Antworten zu den gestellten Fragen

Bonjour à tous, un petit point pour répondre à deux questions posées:

  • « Comment peut-on vous suivre régulièrement? Je ne pense pas toujours à aller voir et ensuite, j’ai trop à lire pour avoir le temps de tout regarder. » → Vous pouvez faire « suivre transition ride » (petite étiquette bleue en haut à droite) et entrer votre adresse mail qu’il faudra valider ensuite. Ainsi, à chaque article publié, vous recevrez un mail pour vous en informer.
  • « Je ne vois pas les commentaires. » → Sous le titre de chaque article apparaissent la date, puis l’auteur et enfin une petite bulle « commentaires » avec un chiffre à côté. Il s’agit du nombre de commentaires publiés par les lecteurs, en cliquant dessus, vous pouvez les lire.

Guten Morgen zusammen! Hier ein paar Antworten zu den uns gestellten Fragen:

  • « Wie kann man euch folgen? Ich denke nicht immer daran, euren Blog zu besuchen und dann habe ich meistens zu viel zu lesen und finde keine Zeit dafür. » → Oben rechts findet ihr einen kleinen blauen Button »Transition Ride folgen ». Klickt darauf, gebt eure E-Mail-Adresse ein und bestätigt die Einschreibung in der Bestätigungsmail. So kriegt ihr bei jeder Veröffentlichung eine Nachricht.
  • « Ich sehe die Kommentare nicht. » → Unter jedem Artikeltitel erscheinen das Veröffentlichungsdatum, der Verfasser und eine « Kommentar »-Blase mit einer Zahl. Es handelt sich um die Zahl der gelassenen Kommentare. Klickt darauf und so könnt ihr sie lesen!

Wasserburg, retour aux sources // zurück zu den Wurzeln

Le soir, petite excursion du soir au « mythique » Max und Moritz, la brasserie portant le nom des fouteurs de m….de. 😉 Adriel espérait bien les voir mais il n’y avait que leurs dessins.
Kleiner Ausflug zum Max und Moritz, die Brauerei der « Quatschmacher » und Gasthaus im traditionellen Stil. Adriel war etwas enttäuscht sie nur auf Zeichnungen zu sehen.
https://www.maxmoritz-bier.de
Aller par le chemin forestier // Hinfahrt durch den Waldweg: 7km
Retour par le lac // Rückfahrt über den Weg am See: 9.5km

Étape 20 — Etappe 20

Neuenburg am Rhein — Lörrach: 40km,
dont 20km en train car la piste cyclable « EuroVélo » n’est depuis Bremgarten qu’un chemin forestier et gravillonné ce qui rend le déplacement plus lent et difficile, sans parler des flaques suite aux intempéries des derniers jours
dont 0.5km en Suisse

davon 20km mit dem Zug, da der « EuroVélo »-Radweg seit Bremgarten nichts anderes als ein Schotterweg ist, wodurch das Fahren durch den Matsch und Pfützen verlangsamt und erschwert wird.
davon 0.5km in der Schweiz

Accueil par des warmshowers une nouvelle fois très intéressants qui ont nous ont parlé de leurs deux voyages à vélo (14 et 17 mois … 21000km …), très pro vélo et membre du groupement d’intérêt « IG Velo« . Ensuite, sortie à Lörrach. +5km… 🙂
Empfang bei wieder einmal sehr interessanten Warmshowers, die uns von ihren zwei Radreisen erzählt haben (14 und 17 Monate; 21000 km), Fahrradaktivisten und Mitglieder der « Interessengemeinschaft Velo« . Anschließend ein kleiner Ausflug nach Lörrach. +5km… 🙂

Étape 18 — Etappe 18

Opfingen — Mengen: 8km,
dont 0.5km sous un torrent de pluie // davon 0.5km im strömenden Regen

Vue superbe sur la Forêt Noire et sur le Bellchen, blanchi pendant la nuit. Eh oui; en avril ne te découvre pas d’un fil.
Tolle Aussicht auf den Schwarzwald und auf das verschneite Bellchen. Der April macht halt immer noch was er will.

Mundenhof

Opfingen Mundenhof: 12 km

Une demi-journée d’excursion au parc Mundenhof de Freiburg. Nous avons eu le plaisir d’y retrouver un copain du jardin d’enfants!!! // Ein Nachmittag im Mundenhof, einem großen Park mit Tieren bei Freiburg. Da hatten wir das Glück, den Jolan aus dem Kindergarten zu treffen!!!